INSTANTS VIDEOS NUMÉRIQUES ET POÉTIQUES

 

 

SENSIBILITÉS POETRONIQUES

 

Ce qui distingue l’art vidéo des images que les marchands d’illusions nous déversent quotidiennement dans le puits de nos rétines : ne pas travailler au spectacle de la fin du monde, mais à la fin du monde du spectacle. Comme toute poésie, l’art vidéo réalise l’unité de l’intelligence et du sensible, de la critique et de l’invention, du souffle et du mot, de l’instant et de son éternité…

 

 

 

jeudi 3 novembre à 18h30

Centre Culturel Marcel Pagnol

Avenue René Cassin

13270 Fos -sur -Mer

 

 

 

Atome Japon 2002 de François Ronsiaux (France, 2004) 14’21

Mise en corrélation d’événements urbains dans la ville d’Osaka au Japon, une recherche sur le potentiel de coïncidences infinies dans une ville du monde impunément active et bruyante. Une surenchère constante d’images qui nous impliquent dans un rôle résolument spectateur, voyeur. Les seuls éléments susceptibles d’effectuer un écart, d’imposer une rupture dans la trame déjà écrite, sont ceux qui perdent le contrôle de leurs actes.

 

 

 

 

Dimanche 6 novembre  14h

LA COMPAGNIE

19 rue Francis de Pressensé

13001 Marseille

 

www.la-compagnie.org

 

 

 

évolution D de Dorota Kleszcz (Pologne, 2003) 9’47

Une recherche sur le phénomène de transformation, constitué d’images sans dialogues, qui explore une réflexion sur un voyage personnel intérieur. Dans les profondeurs du sous-sol parisien, dans un vieux parking automobile, se forme une silhouette ; celle-ci, née des détritus de l’environnement urbain, entreprend une coordination de mouvements vers la reconnaissance de son corps, de son état d’être. Elle va visiter et définir l’espace environnant de ce labyrinthe de béton et en chercher la sortie. La silhouette voyage vers une autre dimension, vers l’endroit qui, peut-être, va lui proposer une nouvelle conception de la vie.